webleads-tracker

Interview de Jacopo Ottaviani, co-auteur de The Migrants Files

Posted:
10 November 2015

Author:
Abdallah Soidri

À l’occasion de la conférence 19 Million Project organisée à Rome, Jacobo Ottaviani est venu présenter son travail pour The Migrants Files. Réalisé par une dizaine de journalistes européens, ce projet, essentiellement basé sur le data-journalisme, montre la crise des migrants sous différents aspects : financiers et humains. En attendant une future enquête, Jacobo Ottaviani revient sur la genèse et l’évolution de The Migrants Files.

GEN – Comment The Migrants Files Project est né ?

Jacopo – Le projet a commencé en 2012 et il continuera dans le futur. Nous croyons qu’il faut garder toute notre attention là-dessus. L’idée est que ça ne s’arrêtera pas maintenant. On a publié en 2014 (l’enquête Counting The Dead, ndlr) puis en 2015 (l’enquête The Money Trail, ndlr). On prévoit de publier dans l’avenir, on ne sait pas encore quand mais c’est un projet en cours.

Avez-vous le sujet de votre prochaine enquête ?

On ne sait pas encore. On ne connaît pas le prochain chapitre ou sujet de The Migrants Files.

Screen Shot 2015 11 10 At 124801

Est-ce que cela dépend de l’évolution de la crise des migrants ?

Cela dépend de l'évolution de la crise des migrants oui, mais aussi des ressources que l’on pourra utiliser sur ce futur projet. Cela dépend surtout des idées qui émergeront dans l’équipe.

Pour le comptage des morts, comment vérifiez-vous les données ?

Le compte des morts se fait à partir des informations que nous trouvons dans la presse. On réunit tous les chiffres que l'on retrouve dans les journaux de plusieurs pays.

Nous ne pouvons pas « fact-checker » chaque donnée mais nous espérons que les journaux l’ont déjà fait. Le « fact-checking » dans Counting The Dead n’est effectivement pas à 100%. Nous prenons toutefois des échantillons de données et nous les vérifions. On parle ici de milliers de milliers de données.

Pensez-vous qu’à l’avenir, avoir des journalistes sur le terrain faciliterait le « fact-checking » ?

Je pense en effet qu’en combinant le data-journalisme avec l’investigation sur le terrain on peut avoir de meilleurs résultats.

Est-ce la prochaine étape pour The Migrants Files ?

Tout dépend du budget qu’on aura. Nous aimerions envoyer des personnes sur le terrain, ce serait super.